Aujourd’hui les bisses font le bonheur des amateurs de balades. Toujours en eau, parcourant la forêt ou les vignes, suspendus à la montagne ou épousant gentiment le doux relief, les bisses sont une formidable invitation au voyage, entre beauté naturelle et richesse du patrimoine.

Du génie humain au regard des contraintes topographiques

C’est un paradoxe qui a fait naître dans l’esprit de quelques Valaisans l’idée des bisses au XIVe siècle. Comment affronter la sécheresse qui brûlait les prairies, alors qu’à quelques centaines de mètres au-dessus, des torrents d’eau venant des glaciers dévalaient les pentes pour rejoindre le Rhône? La construction de canaux d’irrigation était la solution toute trouvée pour développer l’agriculture paysanne et permettre notamment aux paysans d’obtenir du fourrage pour leur élevage de bovins. On les baptisa bisses en référence au mot bief qui, en ancien français, désignait un canal ou un ruisseau.

L’apogée des bisses remonte selon certains historiens au XIXe siècle. Ce système ingénieux de partage de l’eau a sans aucun doute permis le développement économique du Valais, lui garantissant ainsi une activité agricole prospère. Au début du XXe siècle, on pouvait compter quelque 1800 km de bisses dans le canton. Malheureusement les canaux sont pour la plupart tombés en désuétude et laissés à l’abandon à partir de la seconde moitié du XXe siècle. On constate depuis peu une renaissance de l’intérêt pour ces constructions du génie humain, compte tenu de leur potentiel touristique et du souci toujours plus répandu de préserver la biodiversité.

Les bisses, objets de fascination

Accrochés à la paroi de la montagne ou suivant naturellement son doux relief, en bois, en métal ou creusés dans la roche, les bisses fascinent par leur diversité et leur façon de s’accommoder avec la nature. De longueur variée, allant de quelques centaines de mètres à plus d’une dizaine de kilomètres, les bisses se caractérisent par une faible déclivité de 1 à 2% au maximum.

Parcourir un bisse constitue une expérience singulière. L’exploit technique frappe d’autant que les travaux ont été effectués dans des temps lointains et que la nature se révèle hostile. La construction des bisses met en valeur un savoir-faire technique et humain parfaitement maîtrisé, s’agissant en particulier des bisses en bois qui font la grande singularité des canaux d’irrigation du Valais.

Mais au-delà de l’édification de ce réseau si singulier, les bisses témoignent aussi d’une organisation sociale originale où l’eau, considérée comme un bien public, était gérée selon un mode communautaire par des consortages. Ces structures furent créées par des groupes d’agriculteurs dans le but de construire les systèmes d’irrigation et de se répartir les droits et les charges selon la surface et la taille du troupeau de chacun. Tous les membres du consortage élisaient un répartiteur, chargé de distribuer l’eau entre les irrigants, et formulaient des règles très strictes pour limiter les conflits. Chacun exerçait un contrôle mutuel important. Aujourd’hui, les règles ont évolué et prennent en considération les fonctions touristiques et environnementales des bisses.

Balades et rando: vers un renouveau des bisses

Depuis quelques années, les bisses bénéficient d’un regain d’estime de la part du grand public. A la croisée des chemins entre patrimoine et nature, ils constituent des itinéraires touristiques riches de la diversité des paysages traversés et sont particulièrement bien adaptés aux balades en famille. Exception faite évidemment des bisses accrochés à la montagne, peu conseillés aux enfants et aux acrophobes !

Mais au-delà de ce potentiel touristique, la valeur patrimoniale des bisses, le souci de conserver cet héritage et de préserver la biodiversité expliquent l’intérêt du public pour ces constructions d’un autre âge. La vision de l’eau, en tant que ressource naturelle essentielle à la vie, a grandement évolué au cours des dernières années, et sa conservation est aujourd’hui au cœur du débat politique et des préoccupations de beaucoup. Les bisses non seulement contribuent à canaliser cette ressource mais aussi à maintenir la biodiversité des prairies, d’où leur importance essentielle pour le Valais.

Unesco, bis repetita?

Conscient de leur valeur, le Valais a tenté de les faire classer au patrimoine mondial de l’Unesco en 2016 – sans succès. Qu’à cela ne tienne, une autre demande a été déposée conjointement avec l’Autriche, l’Allemagne, la Belgique, la France et l’Italie, qui disposent également de canaux pour l’irrigation. Cette fois, il s’agirait de classer l’irrigation traditionnelle au patrimoine immatériel de l’Unesco – une affaire à suivre...


Les 8 plus beaux bisses du Valais


Grand bisse de Vex (version courte), Veysonnaz

Les plus beaux bisse du Valais - Grand bisse de Vex à VeysonnazAccessible aux poussettes, ce tronçon du grand bisse de Vex est très prisé des familles. Photo © Aline Fournier

En eau de mi-mai à mi-octobre, il rejoint également le hameau de Planchouet (voir "bisse Vieux et bisse du Milieu"), où seuls les plus sportifs se rendront, puisque le parcours total atteint les 11 km… aller simple. En famille, voire avec une poussette, contentez vous plutôt de profiter du premier tronçon, entre les Mayens-de-Sion et Veysonnaz. Au départ, jetez un coup d’oeil sur la ville de Sion et le plateau de Savièse en contrebas, puis filez à travers les prairies sèches en direction de Veysonnaz. Avant d’entrer dans le village, régalez-vous de la vue imprenable sur le glacier des Diablerets surmonté de la Quille du diable. Tout à gauche, le Haut de Cry veille et vous apercevrez aussi les Muverans. A la sortie du village, changement de décor : vous verrez à nouveau Sion et, en toile de fond, le Bietschhorn.

Où manger? Au Café du Bisse, vous vous régalerez de délices du coin – soupe au foin, fondue à la moutarde, magnifiques salades. Mais c’est le rosbif "Fleur d’Hérens" qui séduit un maximum de papilles.
Route des Mayens de Sion 6, 1992 Les Agettes, tél. 077 486 63 60

Durée 1h50 Longueur 7,5 km Difficulté Facile (accessible aux poussettes)
Carte et infos pratique pour le Grand bisse de Vex (version courte)


Bisse du Tsittoret, Crans-Montana

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse du Tsittoret à Crans-MontanaSur les hauts de Crans-Montana, le bisse du Tsittoret vous guide tout en douceur jusqu’à la cascade de la Tièche. Photo © Olivier Maire - Photo-genic.ch

Construit au XVe siècle, ce bisse suit la frontière linguistique valaisanne, officiellement marquée par la rivière voisine, la Raspille. Il est en eau de fin mai à fin septembre. La première partie du parcours remonte vers la source de la Tièche. A la sortie de la forêt, un splendide panorama récompense les marcheurs : plusieurs célèbres 4000 s’alignent – le Weisshorn, le Zinalrothorn, l’Obergabelhorn et la Dent-Blanche entourent le Cervin qui pointe à l’arrière-plan. Vous traversez ensuite le hameau de Colombire et son écomusée, où vous pourrez découvrir comment les bergers de jadis vivaient au mayen, où ils passaient l’été. Après la buvette du Scex, un escalier remonte le long d’une jolie cascade, puis vous suivrez le vallon de la Tièche jusqu’à la source de ce cours d’eau. Le retour s’effectue à travers les prairies d’alpages pour rejoindre Aminona, d’où une navette vous ramène à votre point de départ.

Où manger? Au Relais de Colombire, régalez-vous des mets du terroir et d’autrefois. L’endroit propose aussi quelques plats pour les enfants. A l’extérieur, des chaises longues vous attendent pour savourer le panorama.
Route de Colombire, 3963 Crans-Montana, tél. 079 220 35 94, colombire.ch

Durée 3h20 Longueur 13 km Difficulté Facile-moyen
Carte et infos pratiques pour le bisse du Tsittoret


Bisse de Clavau, Sion

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse de Clavau à SionSur les hauts de Sion, le bisse de Clavau irrigue depuis le XVe siècle un vignoble escarpé et gorgé de soleil. Photo © Valais-Wallis Promotion - David Carlier

Cette balade peut bien entendu s’effectuer dans un sens comme dans l’autre, mais nous vous proposons de la démarrer à Icogne (que vous pouvez rejoindre en car postal) en direction de Sion. Des panneaux didactiques ponctuent le parcours, qui franchit d’abord la Liène pour atteindre un petit barrage alimentant à la fois le bisse et une usine en contrebas. Vous cheminerez ensuite dans les très belles gorges de la rivière. A la sortie, changement de paysage avec une prairie sèche, puis le sentier s’aventure entre les murs des vignes. Rien d’étonnant à cela, puisque le bisse fut construit au milieu du XVe siècle pour arroser celles de Clavau. En route, vous bénéficiez de quelques superbes points de vue sur les Alpes et le vignoble en terrasses typique de la région. Cet itinéraire ne comporte aucune difficulté, hormis un passage souvent mal, voire pas du tout éclairé – la lumière d’une lampe de poche peut donc être la bienvenue ! Découvrez notre vidéo du bisse de Clavau.

Où manger? Ancienne guérite transformée en espace gourmand avec vue, Le Cube propose de déguster les vins du domaine Varone, accompagnés de mets typiques et, pour les enfants, des crêpes.
Tél. 027 205 65 23, celliers.ch

Durée 3h30 Longueur 14 km Difficulté Facile-moyen
Carte et infos pratiques pour le bisse de Clavau


Bisses de Savannes Bellecrête et de Vercorin

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse de Savannes Bellecrête et bisse de VercorinLa balade le long des bisses de Savannes Bellecrête et de Vercorin propulse le promeneur au coeur du vallon de Réchy, joyau de la nature préservé de la civilisation. Photo © Romain Daniel - Sierre-Anniviers Marketing

Construit en 1358, le bisse de Vercorin arrosait alors les prés et alimentait les moulins en aval du village. Le suivre constitue la façon la plus agréable et la plus plate d’atteindre le vallon de Réchy. Bien que ce parcours débute avec une petite grimpette, la suite de l’itinéraire s’effectue presque à plat. Un point appréciable pour découvrir Réchy en famille, le vallon étant particulièrement escarpé. Mais c’est surtout l’un des derniers du canton à demeurer inaccessible aux voitures et il enchantera les enfants, car c’est un véritable refuge pour les animaux. Dans ce paradis des papillons, il n’est pas rare de croiser des biches. La flore locale est également très belle – ouvrez l’oeil, avec un peu de chance, vous apercevrez des edelweiss ! En un peu plus d’une heure de balade le long du bisse, vous atteignez la buvette de la Lé. Retour par le même chemin.

Où manger? Au bas du vallon de Réchy et au bout du bisse de Vercorin, la Buvette de la Lè propose une petite carte de restauration traditionnelle – fondues et assiettes valaisannes – durant la belle saison.
Vallon de Réchy, 3967 Vercorin, tél. 079 791 82 30

Durée 3h30 (aller et retour) Longueur 11,6 km Difficulté Facile-moyen
Carte et infos pratiques pour les bisses de Savannes Bellecrête et de Vercorin


Bisse du Trient

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse du TrientTour à tour ludique et contemplatif, le bisse du Trient est escorté par le sentier didactique de Charlotte la marmotte. Photo © Vallée du Trient

Construit à la fin du XVIIIe siècle, ce bisse suit ce qui fut le tracé d’une voie de chemin de fer. On l’employait pour transporter de la glace provenant du glacier jusqu’au col de la Forclaz d’où elle était acheminée vers Paris, Marseille ou Lyon en train à vapeur ! Un parcours sans grande difficulté, malgré quelques passages qui peuvent impressionner les plus jeunes, car ils courent à flanc de falaise. L’ensemble étant bien sécurisé, il suffira de leur tenir la main pour les rassurer, ou de les distraire en les invitant à suivre Charlotte la marmotte. Cette sympathique bestiole propose aux enfants de 6 à 12 ans d’observer le paysage. En une dizaine de postes, répartis au fil de l’itinéraire, elle leur fait découvrir à quoi servaient ces intrigants petits ruisseaux (infos sur charlottelamarmotte.ch; dépliant disponible au kiosque du col). Le bisse est en eau de début juin à mi-septembre.

Où manger? La Buvette du glacier du Trient propose des spécialités valaisannes, ainsi que des animations – des concerts et même des cours de yoga sont régulièrement organisés !
Le Tissot 20, 1929 Trient, tél. 079 635 96 44

Durée 1h45 (aller-retour) Longueur 6,6 km Difficulté Facile-moyen
Carte et infos pratiques pour le bisse du Trient


Bisse du Levron, Verbier

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse du Levron à VerbierChute d’eau, sculptures en bois et coup d’oeil magistral sur les massifs des Combins: on en prend plein les mirettes le long du bisse du Levron. Photo © verbier.ch - Melody Sky

Prenez la télécabine de Médran qui vous transporte aux Ruinettes, point de départ de votre randonnée. Tout commence avec un superbe panorama sur le Mont-Blanc et les Combins qui s’offre à vous. Quant au bisse, il vous attend en contrebas, à juste 5 min de là. Construit en 1465, il canalise les eaux d’un torrent qui démarre plus haut, au pied du glacier de la Chaux, près de la cabane du Mont-Fort. Il est en eau de début juin à fin octobre. L’itinéraire, en pente douce, vous emmène tantôt en forêt, tantôt en zones dégagées, permettant d’admirer le paysage. Vous y croiserez des sculptures en bois, oeuvres de William Besse, l’ancien champion de ski. A mi-parcours, ne manquez pas la chute du bisse, tout près du restaurant La Marlène. Une balade sans grande difficulté, mais assez longue. N’oubliez pas votre petite laine pour le départ, car il peut faire frisquet à plus de 2000 m, même par très beau temps !

Où manger? Au chalet d’alpage La Marlenaz, perché à 1865 m d’altitude, on cuisine des mets traditionnels type röstis et fondue, interprétés avec une touche d’originalité, ainsi que des salades et des tartines. Si la température le permet, vous dégusterez votre repas sur sa charmante terrasse.
Alpage de la Marlène, 1936 Verbier, tél. 027 771 54 41, marlenaz.com

Durée 3h Longueur 10,8 km Difficulté Facile-moyen
Carte et infos pratiques pour le bisse du Levron


Bisses de Chilcheri et d’Eggeri, Grächen

Les plus beaux bisses du Valais - Bisses de Chilcheri et d'Eggeri à GrächenLe remarquable réseau de bisses de Grächen se découvre de manière ludique grâce aux nombreux postes didactiques qui, chemin faisant, piquent la curiosité des enfants. Photo © Tourismus Graechen - Thomas Andenmatten

La région de Grächen est l’une des plus sèches de Suisse – les précipitations y dépassent rarement les 55 mm par an ! Rien d’étonnant donc à ce que les habitants aient, dès le XIIe siècle, cherché d’autres moyens pour arroser leurs terres. Tout au long de cet itinéraire baptisé "Zauberwasser"(en français, "eau magique"), qui longe ces deux bisses parallèles, seize postes permettent aux enfants d’explorer différents aspects de l’"or bleu". A la fois ludiques et didactiques, ils les invitent à apprivoiser l’eau, à faire des expériences et même de la musique avec elle pendant que leurs parents se détendent sur des chaises prévues à cet effet ! Suivez la direction "Chilcheri", qui vous emmène en forêt jusqu’au but intermédiaire du parcours, à 1810 m. De là, filez direction "Eggeri", toujours le long du bisse. A mi-chemin, dans les deux sens, vous pouvez effectuer un crochet par un petit lac, le Z’Seew, avant de continuer la balade.

Où manger? Bärgji Alp est une institution, puisqu’elle existe depuis 1936 ! Des plats valaisans typiques – raclette, röstis, croûtes au fromage, fondues, assiettes valaisannes –, ainsi que quelques viandes et une carte pour les petits marcheurs.
3925 Grächen, tél. 027 956 15 77, baergji-alp.ch

Durée 4h Longueur 13,9 km Difficulté Facile
Carte et infos pratiques pour les bisses de Grächen


Bisse Vieux et bisse du Milieu, Nendaz

Les plus beaux bisses du Valais - Bisse Vieux et bisse du Milieu à NendazEn plus d’offrir 98 km de promenades faciles, le vaste réseau de bisses de Nendaz s’improvise terrain de jeu pour les plus jeunes marcheurs. Photo © Valais-Wallis Promotion - David Carlier

Ce parcours suit d’abord le bisse Vieux. Construit au XVIIe siècle, il continue d’arroser des cultures, abricots et framboises ent ête. Vous cheminerez souvent à l’ombre le long de son cours tranquille, joliment ponctué par la cascade du dix-huit. En route, vous profiterez de magnifiques points de vue sur le versant nord des Alpes. Le bisse Vieux se termine lorsque vous rejoignez une rivière, la Printse, à deux pas de Planchouet. N’hésitez pas à pousser jusqu’à ce hameau, où vous trouverez de quoi vous restaurer ainsi qu’une adorable chapelle tout en bois qui vaut à elle seule le détour. Le retour s’effectue en suivant le bisse du Milieu. Celui-ci date du XVIIIe siècle, il servait aussi à faire tourner des moulins et des scieries. En eau de mai à octobre.

Où manger? Le Café-restaurant gîte de Planchouet propose des mets du terroir, préparés à la minute – fondues, croûtes au fromage, salades et viandes – ainsi qu’une jolie carte taillée sur mesure pour les petits montagnards.
Route de Planchouet 168, 1997 Haute-Nendaz, tél. 027 288 21 63, planchouet.ch

Durée 3h10 Longueur 12,5 km Difficulté Facile
Carte et infos pratiques pour le bisse Vieux et le bisse du Milieu à Nendaz


Les bisses ont leur musée à Ayent

Sur les 270 m2 du Musée des bisses, dix salles d’exposition thématiques – de l’histoire à la géographie en passant par l’environnement – présentent des objets, des maquettes et des dispositifs interactifs permettant notamment aux enfants de découvrir le fonctionnement d’un bisse. Une ou deux expositions temporaires sont organisées chaque année, ainsi qu’un programme d’animations variées.

Par Rédaction - 19 juin 2020

Notes et avis