Le portail romand des loisirs pour toute la famille
  • En partenariat avec
  • Logo MySwitzerland
  • Logo Swiss Milk
  • Logo Lausanne FM
  • Voegele-shoes
DOSSIER | Nature - Sites naturels | Suisse romande

Un hiver dans les parcs naturels romands

Entre le Jura, les Préalpes et les Alpes, cinq parcs régionaux se disputent les faveurs de la nature helvétique. Facilement accessibles en transports publics et en voiture, ces vastes espaces préservés invitent au dépaysement. Prenez les parcs du Chasseral et du Doubs, par exemple, avec leurs forêts de pins qui croulent sous un épais manteau blanc. Lorsqu’on en parcourt les sentiers en hiver, avec le seul bruit d’une neige fraîchement tombée qui crisse sous nos pas, nos raquettes ou les lattes de nos skis de fond, on se croirait volontiers dans le Grand Nord. Et voilà justement qu’un traîneau tiré par des huskies nous dépasse. On se pince. Non, on ne rêve pas, on est bien dans le Jura.

Dans les parcs des Préalpes et des Alpes, pour retrouver ce sentiment de paix et de solitude, il suffit de s’éloigner un peu de ces endroits où la vue est imprenable sur les sommets voisins. On chausse ses raquettes, ses skis de rando ou simplement ses bottes fourrées et l’on part à l’aventure: qui sait si l’on ne croisera pas des animaux sauvages, voire un gypaète barbu, immense et majestueux? Rassurez-vous, ce géant des airs dont l’envergure peut dépasser les 280 cm ne se nourrit que d’os. Aucun risque qu’il vous embarque pour son déjeuner, vous confondant avec une brebis égarée !

A propos de nourriture, justement: les parcs naturels sont aussi un merveilleux endroit où découvrir les spécialités régionales. "Toetché", ce délicieux gâteau à la crème jurassien, Tête de Moine et fromages en tout genre, pain de seigle AOP, sirop de primevères ou saucisses parfumées, vous n’aurez que l’embarras du choix !



Et au milieu coule une rivière

Parc naturel régional du Doubs

Superficie 294 km2
Point culminant Le Pouillerel, 1275 m
Situation Le parc longe la rive sud du Doubs, entre Ocourt et Les Brenets


Ici, les paysages évoquent le Grand Nord, avec leurs forêts de résineux et de feuillus enneigées où les passants se font rares. Les chiens de traîneau s’y sentent chez eux. A Saignelégier, ils sont d’ailleurs les vedettes de la Fête du chien nordique organisée chaque année vers fin janvier.

Se faire trappeur
Pour les approcher de plus près, un forfait permet à deux adultes et deux enfants de jouer aux trappeurs le temps d’un week-end. Au programme, une nuit en bivouac (les bûches pour le chauffage sont comprises dans le prix), petit déjeuner, fondue et initiation à la conduite d'attelages (forfait "appel du Grand Nord", 533 fr.). Dépaysement garanti !

Le patin comme sur des roulettes
Toujours au rayon mobilité douce, le snowup, variante hivernale des slowup, a lieu chaque année début février. La manifestation rassemble en moyenne quelque 10 000 participants qui parcourent à pied, en luge et en mille autres moyens de locomotion à zéro émission de CO2 l’itinéraire reliant Saignelégier, La Theurre et Le Cernil. Ski et patinage figurent également au programme des activités. On chaussera ses patins en pleine nature pour glisser sur le superbe lac des Brenets. Sinon, Saignelégier, La Chaux-de-Fonds et Le Locle disposent de belles patinoires artificielles.

Des tic-tacs et une toque
La région est aussi connue pour son patrimoine horloger, à découvrir à La Chaux-de-Fonds et au Locle, deux villes inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2009, qui hébergent chacune un musée consacré aux garde-temps (MIH et MHL), ou à l’Espace Paysan Horloger au Boéchet. De là justement, pour s’aérer, on chausse ses raquettes et on rejoint en 2h Le Peu-Péquignot via un sentier balisé en rose. En route, faites une pause à l’auberge des Chatons au Noirmont (Les Barrières 16, tél. 032 951 20 35), élue plus belle terrasse de la région en 2016. Au menu, des mets locaux et d’autres plus exotiques, comme les gambas, des nuggets et des hamburgers qui plairont aux enfants et des plats vite avalés pour les randonneurs pressés, comme les crêpes. Dans un autre registre (et pour un autre budget…), les gastronomes ne manqueront pas le fameux Hôtel de la Gare au Noirmont (Rue de la Gare 2, tél. 032 957 66 33), la célèbre table de Georges Wenger, deux étoiles au Michelin et 18 au Gault&Millau. Le bon plan: y aller à midi ou en semaine profiter du menu à 94 fr. par personne.
Plus d'infos et de bons plans sur le Parc du Doubs



Aux premières loges sur le balcon de la Suisse

Parc naturel régional Chasseral

Superficie 380 km2
Point culminant Le Chasseral, 1606 m
Situation Entre Neuchâtel, Bienne et La Chaux-de-Fonds


Le sommet du Chasseral, point le plus élevé du parc, en est également le coeur. De là-haut, la vue est imprenable. On y skie, bien sûr, mais le parc est aussi un petit paradis pour les fans de sports d’hiver dans leur version douce. Au programme, ski de fond, randonnée pédestre, raquettes, voire patin à glace sur les patinoires couvertes de Tramelan et de Saint-Imier (chemin des Lovières 11, tél. 032 486 99 10 / Beauregard 4, tél. 032 941 22 91).

Tête de Moine et chair de bison
La région constitue une destination de choix pour les amateurs de produits du terroir, puisque c’est le berceau de ce fromage mythique qu’est la Tête de Moine. On y trouve d’autres spécialités fromagères, comme la Chaux d’Abel et le Tatouillard, qui méritent également d’être goûtées. On y produit par ailleurs une foule de saucisses qui fleurent bon l’absinthe, le bourgeon de sapin, la gentiane ou, plus classique, l’ail. Au menu encore, viande de bison, jambon à l’os, sirops, eaux-de-vie, vins et moutarde.

Les bronzés font du husky
Si vous ne brûlez pas toutes les calories de ces agapes sur le retour, vous pourrez filer vous initier à la conduite de traîneau tiré par des huskies aux Reussilles. Deux fois 2h de cours suffiront à transformer petits et grands en authentiques mushers. Et si vous ne voyez plus le bout de vos bottes après ces balades, vous pourrez toujours dormir sur place, l’endroit fait aussi bed & breakfast !

Des nouveautés comme s’il en neigeait
Le Parc naturel du Chasseral, c’est aussi un gigantesque terrain de jeu qui fait chaque année le plein d’activités insolites et inédites. Au rayon nouveautés: les "Chants du loup", des treks nocturnes en tandem avec un husky, un "Bivouac hivernal" pour une nuitée en forêt inoubliable, une fondue nocturne à déguster à la belle étoile et torche à la main, du ski joëring (ski tiré par un cheval) ou encore des ateliers d’horlogerie captivants à Saint-Imier.
Plus d'infos et de bons plans sur le Parc Chasseral

 


Hauts plateaux de fromages

Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut

Superficie 503 km2
Point culminant Le Tarent, 2548 m
Situation A cheval sur les cantons de Fribourg et de Vaud, le parc se trouve dans les Préalpes, entre la Riviera vaudoise, Bulle, Les Mosses et Charmey


Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette région des Préalpes est imprégnée d’une forte identité. Le grand chalet peint de Rossinière et les maisons aux façades décorées de Rougemont sont célèbres dans le monde entier, tout comme les découpages, à découvrir au Musée du Vieux Pays-d’Enhaut.

Des ballons et des meules
A Château-d’Oex, le Festival International de Ballons (chaque année fin janvier) accueille des aérostiers des quatre coins du globe et d’incroyables ballons aux formes les plus folles, transformant le village en haut lieu de la montgolfière le temps d’une semaine. Vos papilles ne seront pas en reste, car vous voilà au pays de l’Etivaz, à déguster et à découvrir dans la maison qui porte son nom. Mais c’est aussi la patrie de la tomme fleurette et du vacherin fribourgeois.

Du sport, tifs au vent
Les amateurs de sports d’hiver s’en donneront à coeur joie sur les nombreuses pistes de ski de fond, de raquettes et les sentiers à parcourir à pied. Les plus sportifs ne manqueront pas le trophée des Gastlosen en février. Cette course de ski-alpinisme se déroule dans le cadre magnifique de ce massif aux sommets en dentelle. Des parcours taillés sur mesure permettent à toutes et tous de participer, des plus jeunes aux dames en passant par les seniors. Plus tranquille, une randonnée à raquettes à neige vous emmène des Mosses à l’alpage de Pra-Cornet. La balade démarre aux Mosses, derrière la colonie de Lutry, traverse des pâturages et s’élève en forêt pour atteindre le plateau de Pra-Cornet (1670 m) dont elle fait le tour. La vue y est superbe sur les sommets alentour. On s’arrête au refuge, où l’on dégustera des rebibes de l’Etivaz AOP, avant de rentrer aux Mosses à travers champs.

Des bains et des jeux
Pour changer un peu, pourquoi ne pas s’essayer au curling? La patinoire de Château-d’Oex propose de découvrir ce sport typique de la région chaque mois. Ou pourquoi ne pas s'offrir un bond dans le temps lors d'une visite du sompteux château de Gruyères ou encore un détour gourmand par les très prisées Maison du Gruyère et Maison Cailler? Enfin, pour se détendre les muscles après toutes ces activités, rien de tel qu’une petite trempette aux bains thermaux de la Gruyère, à Charmey, qui se sont dotés d’un tout nouveau bassin en octobre 2016.
Plus d'infos et de bons plans sur le Parc naturel Gruyère Pays-d'Enhaut

 


Un réservoir de biodiversité

Parc naturel régional Pfyn-Finges

Superficie 279 km2
Point culminant Le Bishorn, 4153 m
Situation En Valais central, entre Gampel et Sierre, le parc s’étend sur douze communes dont deux francophones, Mollens et Sierre


Haut lieu de la biodiversité, la réserve naturelle du bois de Finges, l’une des plus grandes pinèdes des Alpes, constitue le coeur du Parc naturel régional Pfyn-Finges. Le parc comprend également l’une des plus importantes zones alluviales protégées de Suisse ainsi qu’une faune et une flore d’une diversité exceptionnelle.

Ciel, un gypaète barbu !
C’est par exemple l’un des rares sites où l’on peut espérer voir un gypaète barbu. Tous les mercredis après-midi entre 14h et 16h, des professionnels vous emmènent gratuitement depuis le col de la Gemmi à la rencontre de ce superbe charognard et d’autres habitants de la montagne, comme les chamois. L’excursion n’a pas lieu lorsque le téléphérique de la Gemmi est fermé.

Raquettes gourmandes
A raquettes, une sympathique balade démarre place du Village à Loèche-les-Bains, direction Lärchwald. On traverse un bois, où l’on croisera un imposant mur de pierre. Erigé au XIXe siècle, il devait protéger le village des avalanches ! En quittant le couvert des arbres, on emprunte un chemin qui monte pour rejoindre le restaurant Weidstübli. Un chouette endroit où l’on dégustera d’excellentes spécialités locales, comme la salade saucisse-fromage, les macaronis de l’alpage selon une recette maison, des röstis, voire un tartare de boeuf.

Loèche: des attractions à la louche
En plaine, Loèche mérite que l’on s’y attarde, et pas uniquement pour ses incontournables bains thermaux (Leukerbad Therme, Walliser Alpentherme & Spa, etc.). Le village a bien d’autres attraits, notamment son château, restauré par Mario Botta. Il accueille également la Nightrace courant janvier: 777 m de dénivelé sont à franchir, sur une distance de plus de 3,6 km, en ski-alpinisme ou à raquettes à neige. Une course qui se termine avec une soirée spaghettis à la Rinderhütte. Mi-février, on pourra assister à un tournoi de hornuss alpin sur neige et mi-mars, à un combat de reines dans la neige. Toujours au rayon manifestations, le carnaval (entre février et mars) dans le périmètre du Parc naturel Pfyn-Finges. Au menu, des cortèges et des animations en tout genre et en musique.
Plus d'infos et de bons plans sur le Parc Pfyn-Finges

 


Plus vrai que nature

Parc Jura vaudois

Superficie 530 km2
Point culminant Le Mont Tendre, 1679 m
Situation Il s’étend du sommet de la Dôle au bourg médiéval de Romainmôtier et couvre 1/5 de la surface du canton de Vaud


Variété des activités, paysages à couper le souffle, cet espace préservé rassemble un concentré de toute la beauté du canton de Vaud.

Lacs gelés et bourgs pittoresques
Au nord, la vallée de Joux est réputée pour son savoir-faire horloger, à découvrir à l’Espace horloger du Sentier. La région est par ailleurs célèbre pour ses lacs, où l’on patine lorsqu’ils sont gelés au coeur de l’hiver. Onze remonte-pentes répartis entre Vaulion, L’Abbaye, Le Brassus et L’Orient permettent de skier, à l’écart de la foule des grandes stations, activité qui se pratique également à Saint-Cergue. On peut aussi se balader sur les crêtes du Jura, d’où l’on a une vue superbe sur le Léman et les Alpes, du Mont-Blanc aux Alpes bernoises suivant où l’on se place. Au pied de la montagne, plusieurs jolis villages tendent les bras aux visiteurs. On aime L’Isle avec son château et son salon de thé célèbre des lieues à la ronde pour ses délicieux produits et son brunch. On adore Romainmôtier, son bourg médiéval magnifiquement préservé et le salon de thé de la Maison du Prieur qui régale les visiteurs avec ses excellentes spécialités maison ou régionales.

L’estomac dans les raquettes
Plusieurs itinéraires permettent de découvrir le parc à raquettes, notamment au départ de la Givrine, de Saint-Cergue, des cols du Mollendruz ou du Marchairuz ou encore du Brassus. Pour une balade gourmande, le parcours entre La Givrine et Saint-Cergue est parfait. Prévoyez une halte à la buvette de la Genolière (tél. 079418 82 46), à côté de la piste de ski de fond La Givrine – Marchairuz, pour déguster une fondue, des croûtes au fromage ou aux champignons, des tartes maison, des röstis ou une soupe. Et surtout, par beau temps, vous y jouirez d’une superbe vue sur le Mont-Blanc. Toutes ces destinations ainsi que les bords du lac de Joux s’explorent également à skis de fond ou à pied. Le parc ne manque pas non plus d’atouts pour séduire les amateurs de bonne chère, qui fileront à la Fromagerie gourmande de Montricher. Celle-ci réunit une vingtaine de producteurs de lait et organise des activités didactiques pour petits et grands et des dégustations. On peut aussi y acheter des produits régionaux.
Plus d'infos et de bons plans sur le Parc Jura vaudois

 


Respecter, c'est protéger !

Ces régions sont idéales pour entrer en contact avec la nature et l’on apprécie la beauté de leurs paysages et la variété de leur faune. Mais attention, l’hiver surtout, celle-ci est fragile. Les professionnels recommandent de rester sur les sentiers pour éviter de déranger les animaux pendant leur hibernation. A cet effet, l’OFEV et le Club Alpin ont lancé en 2011 une campagne baptisée "Respecter, c’est protéger". Elle invite le public à suivre ces quatre règles fondamentales: respecter les zones de tranquillité et les sites de protection de la faune où les animaux sauvages se retirent; ne pas sortir des itinéraires balisés en forêt; éviter les lisières et surfaces non enneigées que les animaux sauvages apprécient et tenir son chien en laisse, notamment en forêt, car les animaux sauvages fuient en présence de chiens en liberté.
www.respecter-cest-proteger.ch


Les parcs suisses dans votre poche

Retrouvez toute l’offre des parcs naturels régionaux sur votre smartphone avec l’application "Parcs suisses". Elle recense tous les parcs naturels régionaux de Suisse, leurs curiosités naturelles, culturelles et patrimoniales, les offres estivales et hivernales, des agendas, les hébergements, des activités prévues pour les familles et même des recettes. Indispensable pour préparer votre séjour.
Application "Parcs suisses" disponible gratuitement sur l'App Store et sur Google Play

Par Sylvie Ulmann - Créé le 15 nov. 2016 - Modifié le 17 nov. 2016

Un hiver dans les parcs naturels romands

Notez ce contenu

Merci pour votre vote!