Consulter le tracé sur Google Map

Tout commence dans l’alpage enchanteur d’Eison (Saint-Martin) où, parmi les chottes aux murs de pierre et aux toits de tôle, se trouve la Buvette de l’A Vieille où le fromage à raclette est fabriqué durant l’été. Sur ce haut plateau légèrement incliné à 2400 m d’altitude, en droite ligne au-dessus du village d’Eison, les puissantes vaches d’Hérens baptisées les Reines règnent dans leur robe noire sur les pâturages environnants du mois de juin (après l’inalpe) jusqu’à fin août (avant la désalpe où elles regagnent la plaine).

Après avoir goûté – ou acheté – le précieux fromage et vous être recueilli à la chapelle Saint-Nicolas dédiée aux sauveteurs en montagne, quittez le hameau par le sentier Maurice Zermatten.

Écrivain natif du hameau de Suen voisin, Maurice Zermatten (1910-2001) a laissé une oeuvre empreinte d’évocations de son pays valaisan et de ses coutumes. Quel plus bel hommage que de lui avoir dédié un sentier qui traverse de splendides paysages agricoles traditionnels? Ponctué de panneaux en laiton gravés de citations de plusieurs de ses romans, il fait près de 14 km, mais vous n’en empruntez qu’un modeste tronçon pour vous rendre encore à Loveignoz (2150 m), l’autre alpage qui fabrique du fromage à raclette – noté 20/20 en 2017 par l’interprofession.

Pour finir votre voyage dans le bon vieux temps, marchez encore jusqu’à La Louère (2164 m), alpage au-dessus de Mase, où l’on peut également acheter les produits de la laiterie ou profiter du gîte à la belle saison… Le retour se fait par le même chemin.

Le conseil du Chef

Depuis les années 1980, la vie à l’alpage a un peu changé. Si la recette de la raclette est toujours la même, la traite est faite à la machine et le chaudron est chauffé au gaz. A L’A Vieille et Loveignoz – deux alpages distingués du prix d’excellence par l’Interprofession  Raclette du Valais AOP – on peut l’acheter à la coupe ou à la pièce (environ 5 kilos) : prévoyez un solide sac à dos !

Notes et avis