Consulter le tracé sur Google Maps

Avant l’excursion proprement dite, faites un crochet par le village de Noiraigue, paradis vert connu pour être le point de départ de la route de l’absinthe vers l’ouest, et du sentier des gorges de l’Areuse vers l’est.

Mais c’est pour une autre de ses curiosités que vous remontez l’avenue du Temple depuis la gare: Jacot Chocolatier, au n°26, temple de l’or noir artisanal depuis 1949. On y vient de loin pour goûter aux célèbres Clémentines ou aux déclinaisons chocolatées à l’absinthe du cru, comme les fameux Bâtons ou Les P’tites clandestines ornées d’une fée verte…

Redescendez à droite dans la rue du Collège, guidé par le panneau marron de La Ferme Robert, très bien balisée jusqu’au bout. Après avoir traversé les voies de chemin de fer, filez à gauche, franchissez l’Areuse et commencez à grimper gentiment sur la route goudronnée qui monte au milieu des dernières fermes.

Bientôt, après les reliquats de toblerone (il ne s’agit plus de chocolat ici, mais d’éléments défensifs antichars), engouffrez-vous à droite dans le sentier caillouteux qui vous emmène pour une ascension bien raide en forêt (250 m de dénivelé !) jusqu’à la Ferme Robert. Nichée à 972 m d’altitude, cette institution régale randonneurs et habitués de spécialités locales roboratives, au pied du cirque du Creux-du-Van, hallucinant grand canyon local formé de strates de calcaire qui atteignent 200 m de haut.

En son centre, la faune et la flore (bouquetins, chamois et… lynx !) sont protégées depuis 1876.

Le conseil du Chef

Depuis la Ferme Robert, vous pouvez poursuivre votre découverte du cirque du Creux-du-Van sur les sentiers de randonnée. Pour prendre de la hauteur, la bonne idée est de louer des vélos électriques à la gare de Noiraigue (sur rés.) qui vous font avaler sans effort les 700 m de dénivelé jusqu’au sommet (www.creux-du-van.com).

Notes et avis