Nous voici à l’Hôtel Aiguille de La Tza, à l’entrée d’Arolla, à 2000 m d’altitude. Dix collaborateurs de Loisirs.ch se sont spécialement déplacés pour se canarder parmi. Patrick, directeur d’Alp-Paintball et enfant du pays, nous accueille tout sourire avec une poignée de main ferme vaguement inquiétante. Un café, deux croissants et un rapide briefing plus tard, nous nous rendons sur notre aire de jeu, sise à quelques pas. Cabanes, tonneaux, promontoires et caches en tout genre composent une mise en scène idéale pour une sympathique guérilla. Direction la roulotte pour enfiler combinaison, gants et masque de protection.

Faire parler la poudre dans la poudre

Une fois tout le monde affublé de son treillis, blanc pour les uns, camouflage militaire pour les autres, il est temps de recevoir nos armes et les munitions qui vont avec, des billes de peinture biodégradables. But du jeu ? S’emparer du fanion de l’équipe adverse sans se faire toucher. Chacun gagne la planque qui lui convient, des chuchotements se font entendre, ça parle stratégie et tactique, la tension monte d’un cran, un coup de sifflet retentit, les balles pleuvent. Cette fois nous y voilà.

« L’avantage avec le paintball dans la neige, c’est que l’on peut se jeter sans crainte par terre, rouler, glisser pour se cacher ou éviter les tirs ennemis, réaliser des cascades, même si courir dans la neige est autrement plus sportif », m’apprendra plus tard Patrick. Il a raison. L’épaisse couche de poudreuse amortit parfaitement les chocs. Nous nous surprenons à caracoler ici et là, sauter par-dessus des obstacles, ramper entre les barricades. Après tout, à la guerre comme à la guerre.

En dépit de ses cabrioles, mon équipe avance prudemment, il faut dire que deux frères d’armes sur cinq sont déjà tombés. Zéro victime du côté des adversaires. Sortant discrètement la tête de mon abri de fortune, je repère un ennemi dissimulé entre des planches de bois, qui laissent apparaître quelques fines échancrures. J’arrose allégrement mon rival, une des balles fait mouche et atteint le malfaisant en pleine tête. Je jubile, et tout se précipite. Mon comparse Fred, sniper du jour, décoche une bille qui vient barioler la combinaison blanche et immaculée d’un belligérant hostile. Plus loin, camouflé sous une impressionnante cascade de glace, le dernier survivant est cerné. Téméraire, il sort de sa tanière pour nous foncer dessus. Mauvaise idée. Blancs 0-1 Verts.

Petits meurtres entre amis

Diversions, rafales de couverture, coups bas, attaque suicide, affrontement de tireurs embusqués… Les parties se suivent et ne se ressemblent pas. Les manœuvres changent, le plaisir reste.

Dernière partie : éreinté, je reste derrière mes camarades, tapi dans ma cachette, j’observe en attendant de retrouver mon souffle. Courir à cette altitude n’est pas de tout repos. Soudain, Patrick siffle, les joueurs s’arrêtent. « Désormais, c’est chacun pour soi ! », s’égosille-t-il. C’est une bonne nouvelle, personne derrière moi, plein de gens devant. Équipiers ou non, je dézingue à tout va, et en toute lâcheté. Les postérieurs qui me tiennent tête en prennent pour leur grade, des kamikazes sortent de nulle part, on tente le tout pour le tout et c’est un joyeux chaos qui envahit le terrain d’Alp-Paintball. Impossible de désigner un vainqueur. Tous morts, mais tous triomphants, héroïques et bienheureux. 

Après la guerre, La Paix

Plus bas dans la vallée, nous nous attablerons, affamés, au Restaurant La Paix, dans le folklorique village d’Evolène, où l’on déguste la fameuse fondue « Casse-Croûte » servie dans un caquelon en pain. Une des meilleures fondues de Suisse dit-on. Rien de tel pour poser les armes.

Nous quittons en silence la ligne de front, jetons un regard funèbre sur le champ de bataille. Ci-gît une journée inoubliable passée entre amis.


Activité testée en novembre 2017

 

Alp-Paintball

Fondé en 2002, le plus haut spot de paintball d’Europe accueille les fans de guéguerre en plein air au cœur d’un écrin montagneux spectaculaire. Eté comme hiver, les joueurs dès 13 ans s’y défoulent sur une surface totale de 35 000 m2 répartis sur quatre terrains en fonction de la saison. Une alternative au ski insolite et hautement fun.

En savoir plus sur Alp Paintball

 

Restaurant La Paix

A Evolène, le Restaurant La Paix est une étape incontournable (de préférence après le paintball) pour qui souhaite goûter une des fondues les plus réputées de Suisse dans un cadre authentique et chaleureux.

Horaires Je-di 10h-0h, lu 10h-16h
1983 Evolène, tél. 027 283 13 79
www.restaurantlapaix.ch

 

1983 Evolène
Site internet:  www.alp-paintball.ch
Téléphone:  079 233 40 75

Notes et avis